histoire du durag

Bien plus vieux qu’on pourrait le penser !

L’histoire du durag est vraiment très riche, et elle n’a pas été de tout repos. Ses origines remontent à l’esclavagisme afro-américain, il a d’abord été imposé comme un signe d’oppression. La communauté noire se l’est ensuite réappropriée durant le courant du 20ème siècle. Et à la faveur de la culture hip-hop des années 90/2010, il a fini par s’imposer comme un accessoire de mode, aussi utile qu’esthétique.

Envie d’en connaitre un peu plus sur ce symbole culturel que la société a voulu stigmatiser ? ⛔

On vous raconte tout de suite en détail l’histoire passionnante du durag, de son port obligatoire par les esclaves afro-américaines jusqu’à sa présence sur la tête de Rihanna en couverture de Vogue !

histoire durag

Les origines du durag

Qu’est-ce qu’un durag exactement ?

Pour faire très simple, le durag est un morceau de tissu qui se porte sur la tête !

Qu’il soit en soie, en velours ou même en polyester, son but principal est de protéger les cheveux mais il sert également à garder intacte la coiffure, notamment lorsqu’on porte des waves. Si les origines du nom ne sont pas certifiées, durag proviendrait d’ailleurs de la contraction entre « do » (diminutif de « hairdo » signifiant coiffure) et de « rag » (qui se traduit par chiffon).

En gros, c’est un chiffon pour la coiffure ! 👩🏾‍🦱

Ses liens étroits avec l’esclavagisme afro-américain

Si aujourd’hui, ce terme de chiffon peut surprendre, il est finalement assez compréhensible quand on s’intéresse à l’histoire du durag.

Il est en effet étroitement lié à l’esclavagisme afro-américain et lors de son apparition, il ne disposait d’aucune aura positive, bien au contraire. Il était demandé aux femmes esclaves de le porter pour dissimuler leur chevelure qui était considérée comme bien trop voyante et bien trop imposante.

❌ Le tissu utilisé pour la fabrication de ce foulard n’avait donc que peu d’importance : il fallait juste que les cheveux soient cachés.

histoire du durag esclavagisme

C’était évidemment une façon supplémentaire de réprimer cette population et de bien marquer son infériorité. Certains spécialistes qui se sont penchés sur le sujet estiment même que ce bandana servait en même temps à cacher la beauté des femmes noires et à renforcer leur statut d’ouvrière. 🙁

L’accessoire était purement oppressif, et c’est sûrement pour cette raison que lors de son apparition, il n’était considéré que comme un « chiffon »…

Le flou concernant ses origines

Personne ne sait exactement quand est né le durag, s’il a été inventé par une personne en particulier ou s’il est juste un accessoire pour la coiffure qui a progressivement été détourné.

histoire du durag origine

Les femmes africaines portant traditionnellement des tissus autour de leurs cheveux depuis des siècles déjà, l’hypothèse selon laquelle les propriétaires d’esclaves se seraient « inspirés » de cette habitude pour les asservir encore plus n’est donc pas insensée… 🤷🏾

Dans tous les cas, c’est au milieu du 20ème siècle que le « do rag », dans sa forme actuelle, est apparu. La première entreprise à le commercialiser était d’ailleurs spécialisée dans les cosmétiques et les produits capillaires, et elle vendait ce morceau de tissu comme un simple accessoire permettant de maintenir les cheveux en place. Le but était d’éviter qu’ils reprennent leur structure naturelle immédiatement après les avoir lavés et peignés.

Si c’est toujours une de ses nombreuses utilités aujourd’hui, il n’avait à ce moment pas vocation à être porté ailleurs que chez soi… et surtout pas dans la rue !

Une réappropriation progressive

Un changement d’image

Le durag n’est peut-être pas devenu en l’espace de quelques années l’accessoire de mode tendance qu’on connait aujourd’hui, mais il a en tout cas continué à faire partie de la vie quotidienne de la communauté afro-américaine, même après la fin de l’esclavage.

Il s’est d’ailleurs progressivement imposé tout au long du 20ème siècle. Ça a commencé dans les années 30 du côté de New-York : ces années ont en effet connues la renaissance de Harlem et un renouveau de la culture Noire américaine. Et ça a continué dans les années 60 et 70 avec le Black Power Mouvement où ce foulard si caractéristique a clairement gagné en puissance. ✊🏾

histoire du durag hip hop

Comme on l’évoquait juste avant, il était encore principalement porté comme un accessoire capillaire mais avec une utilisation presque quotidienne, c’est tout de même à ce moment-là qu’il s’est imposé et qu’il s’est définitivement intégré à la culture afro-américaine.

Et c’est dans les années 90 qu’il a complété sa révolution !

Un symbole de la culture hip-hop

Les années 90 ont en effet marqué l’explosion de la culture hip-hop au niveau international et avec elle, une exposition sans précédent du durag !

🎤 Les plus grands artistes de l’époque, et notamment les rappeurs comme Jay-Z et 50 Cent, s’affichaient régulièrement avec un durag sur la tête, autant pour l’utilité capillaire que pour le style que ça leur offrait. Sa popularité est alors montée en puissance, il a commencé à être porté par tous les fans de la culture hip-hop (même certains blancs comme Eminem qui n’en avaient clairement pas besoin…) et il est devenu très rapidement un véritable symbole du streetwear.

Il est alors très clairement passé du statut d’accessoire pratique et utile à celui d’accessoire de mode. On l’associait à l’époque au jean baggy, aux t-shirts XXL et aux casquettes. Et c’est durant cette première montée en puissance qu’il a évolué en adoptant différents styles et couleur. Velours ou satin, motif camouflage ou tissu fluorescent, il ne s’imposait plus aucune limite !

collection durag homme

Entre interdiction et stigmatisation

Son émergence à la faveur de la culture hip-hop et de la communauté afro-américaine lui ont cependant rapidement fait rencontrer un obstacle : il était associé de près au ghetto et aux quartiers défavorisés…

Dans une Amérique encore très largement raciste, le port du durag a alors commencé à faire polémique. Il était considéré comme un accessoire que seuls les voyous portaient et il était perçu comme le symbole d’une classe sociale assez basse. Les afro-américains qui le mettaient sur leur tête subissaient les préjugés des blancs, qui allaient même jusqu’à en avoir peur, comme s’il était le signe d’une appartenance à un gang.

histoire du durag stigmatisation

⛔ Durant le début des années 2000, sa montée en popularité a donc été freinée de façon très nette. Outre le hip-hop qui avait désormais moins la côté auprès des jeunes (qui s’étaient mis à écouter d’autres courants musicaux), ce sont également les instances sportives (football américain, basketball, etc.) qui décidèrent de le bannir des matchs et même parfois des entrainements pour des raisons pas toujours très justifiées.

À la suite de ces différentes polémiques et cette volonté de diabolisation, le durag s’est fait plus discret… Moins présent en société, il continuait malgré tout à être porté dans l’intimité puisque ses atouts restaient indéniables.

Sa transformation en accessoire iconique

Son retour en grâce

La quasi-disparition du durag n’a cependant pas duré très longtemps : dès le début des années 2010, il a en effet bénéficié d’un véritable retour en force !

Il faut dire qu’après quelques années où la pop music a imposé son style, le rap est revenu à la mode, en se réinventant et en s’imposant désormais partout. Fini le temps où seuls les classes sociales défavorisées écoutaient le hip-hop et s’y retrouvaient : le rap du 21ème siècle touche tout le monde. Avec cette plus grande ouverture, le port d’un foulard sur la tête a donc définitivement perdu son association aux ghettos et aux quartiers défavorisés. Plus aucun amalgame n’était fait !

histoire du durag accessoire mode femme

C’est d’ailleurs aussi pendant ces années que le public féminin s’est à nouveau mis à porter le durag en extérieur, et plus seulement à la maison. Alors que durant tout le mouvement hip-hop des années 90, ce sont surtout les hommes qui s’affichaient avec, les femmes n’hésitent désormais plus à le nouer autour de leur tête. Les différents tissus, motifs et couleurs aidant à se donner un vrai style, au-delà même des codes du streetwear. 🔥

Un signe de revendication

C’est également tout au long des années 2010 que le durag s’est imposé comme un véritable symbole de fierté et d’appartenance à une communauté.

La revanche était claire : le but était de lui redonner ses lettres de noblesse étant donné qu’il a toujours été porté par la communauté afro-américaine, qu’il fait depuis longtemps partie de la culture et du quotidien et que seule la société a voulu l’associer à la criminalité. Le nouer autour de sa tête, c’est désormais afficher qu’on est fier de ses origines ! ✊🏾

histoire du durag symbole de fierté

Durant les dernières années, il a d’ailleurs encore pris une autre dimension : celui du symbole de l’acceptation de la communauté noire. Le mouvement Black Lives Matter n’hésite plus à le mettre sur le devant de la scène pour que le monde entier comprenne que porter ce foulard est un acte commun, qu’il n’est pas prêt de disparaitre, qu’il est intrinsèquement lié à la vie des Noirs.

Toujours plus populaire auprès des stars

Si ce sont déjà les artistes qui ont popularisé le durag au niveau international, ce sont encore eux qui aujourd’hui l’imposent comme un véritable accessoire de mode.

L’exemple le plus parlant est évidemment celui de Rihanna qui, en mai 2020, a posé pour la couverture de Vogue avec cet accessoire sur la tête.🔥 Il n’était jamais apparu auparavant à la une d’un magazine de mode aussi célèbre, ce qui prouve bien à quel point il possède désormais une toute autre dimension.

histoire du durag vogue rihanna

Le fait qu’il soit porté par les stars d’aujourd’hui déclenche en plus un autre phénomène : de plus en plus de marques en proposent pour répondre à la demande toujours plus forte. Et ce développement s’accompagne d’une plus grande diversification des couleurs, des motifs, des tissus… de quoi plaire autant à ces célébrités qu’au public de tous les j

Avec l’émergence d’une nouvelle génération moins sensible aux clichés racistes, le durag n’est clairement plus autant marginalisé et c’est une excellente nouvelle ! 👍🏾