renaissance durag

 

Les personnes de couleur mènent la charge pour récupérer le durag, et le redéfinir selon leurs propres termes.

durag bleu

Les images de personnes noires, en particulier d'hommes noirs, portant des durags font partie de notre conscience culturelle depuis un certain temps. Comme beaucoup d'autres styles et traditions choisis par les Noirs, la société dominante a, comme on pouvait s'y attendre, étiqueté le durag comme quelque chose de criminel et de grossier.

Mais aujourd'hui, les personnes de couleur mènent la charge pour récupérer le durag et le redéfinir selon leurs propres termes. Dans l'art, la musique et la mode, le durag est considéré comme un symbole de divinité et de diaspora, un marqueur d'identité et d'existence, et un hommage à une tradition noire qui ne devrait plus être ridiculisée mais révérée.

Bien qu'il n'y ait pas d'origine unique du durag, selon le New York Times, William J. Dowdy est connu pour l'avoir popularisé avec So Many Waves, une marque qui a vu le jour en 1979. Darren Dowdy, le fils de William et actuel président de l'entreprise, a déclaré au New York Times au début de l'année que les durags étaient d'abord appelés "tie downs". Ils étaient, et sont toujours, utilisés pour empêcher les boucles et les boucles de se relever après avoir été brossées. Le résultat final ? Une chevelure qui ressemble à une mer de vagues uniformes. Les Durags peuvent également empêcher les cornrows et les tresses de friser et garder les locs soignés.

Dans les années 80, certains de nos rappeurs préférés ont fait connaître les durags dans les médias grand public : Nelly, 50 Cent, Cam'Ron et Ja Rule ne sont que quelques-uns de ceux qui ont fièrement porté les leurs comme une déclaration de mode. Ils ont porté des durags avec des costumes, des jeans, des maillots et sous des casquettes. Les différentes façons dont ils portaient les durags témoignaient de leur polyvalence, de leur fonctionnalité en matière de mode.

durag noir

Jaeqhan McClain, un élève de l'école KIPP Academy Lynn Charter School, attache son lacet en quittant l'école.Spenser R. Hasak

Malgré les utilisations pratiques évidentes des durags, les hommes noirs étaient, et sont toujours, souvent étiquetés comme voyous et de basse classe lorsqu'ils les portent. Dans un article de GQ de 2017, l'écrivain Brian Josephs explique que les durags partagent une similitude avec le foulard, que de nombreuses femmes noires portent pour protéger leurs cheveux, pour des raisons esthétiques ou pour couvrir leurs cheveux pour des raisons religieuses.

À la fin du XVIIe siècle, à la Nouvelle-Orléans, les lois Tignon obligeaient les femmes d'origine africaine à porter des bandeaux, selon Broadly. Cette mesure visait à supprimer leur beauté et à distinguer physiquement leur statut d'esclave. De même, en 2001, la NFL a interdit aux joueurs de porter des durags et des bandanas, mais a autorisé les kippas (si elles portaient les couleurs et les logos de l'équipe).

La NFL a prétendu que son intention était d'appliquer un code vestimentaire plus uniforme, mais cette décision semblait plutôt raciste, car les joueurs noirs portent principalement des durags. La NBA a fait de même en 2005, à peu près au moment où Allen Iverson est devenu populaire pour avoir porté des durags sur le terrain, selon GQ.

Si l'introduction du durag dans la culture traditionnelle a été difficile, l'héritage du durag est aujourd'hui bien vivant dans la communauté noire. La semaine de l'histoire du Durag de Vann R. Newkirk II sur Twitter est un hommage aux personnalités et aux moments culturels qui célèbrent le tissu. En juin, Joseph Headen a créé le premier Durag Fest à la galerie noire BLKMRKT à Charlotte, en Caroline du Nord, créant une salle de bal pour les durags de toutes les longueurs et coupes.

Des vidéos de jeunes hommes noirs (et de quelques femmes aussi) faisant des "wave checks" sont devenues virales sur les médias sociaux, et sont hypnotiques à regarder. Chaque participant, parfois en grand groupe, parfois seul, détache son durag de manière spectaculaire devant la caméra pour révéler - avec beaucoup de fanfare et de battage publicitaire - les vagues qui se cachent en dessous. Dans certaines universités, les contrôles de vagues sont de véritables événements sociaux.

Les marques de luxe Durag ont fait irruption sur Instagram, le foulard étant utilisé comme un dispositif de narration pour redéfinir l'identité noire à travers la fantaisie et le design. Dü by Ren Jett utilise des motifs effervescents et des tissus allongés pour capturer l'esprit de ceux qui portent leurs créations.

L'Echanteur, une marque de vêtements lancée par des jumeaux à Brooklyn, rend les durags dans des imprimés exubérants tout en conservant une ambiance robuste. Taillés dans du denim, du velours et de la soie, ces durags sont destinés à durer "pendant des centaines d'années", comme des héritages transmis d'une génération à l'autre.

Dans les années 80, il était difficile d'imaginer voir des durags en compagnie "polie", mais ils sont désormais visibles dans des endroits où nous, et les durags, n'étions autrefois pas les bienvenus.

durag célébritéPercy Miller AKA Master P (via Noisey)

Au cours des dernières années, les célébrités ont également contribuer pour récupérer le durag et le laisser se tenir debout dans son chic inhérent. Dans les années 80, il était difficile d'imaginer voir des durags en compagnie "polie", mais ils sont désormais visibles dans des endroits où nous, et les durags, étions autrefois malvenus.

En 2014, Rihanna a porté un durag incrusté de cristaux Swarovski assorti à sa robe Adam Selman tout aussi bling-bling pour recevoir son prix CFDA Fashion Icon. Ce soir-là, elle a montré au monde entier que le durag peut non seulement être élégant, mais servir de pièce parfaite pour compléter un look désormais iconique. Deux ans plus tard, Rihanna a porté un durag lors de son interprétation de "Rude Boy" aux VMAs, et a paré ses mannequins de durags pour son défilé Fenty X Puma au printemps 2017.

Lors du Met Gala 2018, Solange - drapée dans une pièce couture Iris van Herpen automne 2012 onyx brillante avec un bas sculptural - a interprété le durag comme une coiffe céleste. Sous un halo tressé, elle portait un durag noir avec un rabat arrière super long. À l'ourlet du rabat, on pouvait lire : "Mon Dieu porte un durag". Cette déclaration publique a finalement inauguré les durags dans un royaume de sainteté.

La sœur de Solange, Beyoncé, et son mari Jay-Z, ont juxtaposé des femmes portant des durags blancs fluides sous le "Portrait de Madame Récamier" de Jacques-Louis David dans leur clip vidéo pour "Apeshit". La vidéo oblige le spectateur à reconnaître le manque de corps noirs dans les espaces artistiques réputés et à reconfigurer la façon dont nous déterminons ce qui est suffisamment beau pour entrer dans ces espaces culturellement sacrés.

2pac durag

GETTY IMAGES / STEVE EICHNER

Dans le monde de l'art, les photographies de John Edmonds représentant des hommes en durags illustrent une délicate romance entre le foulard translucide et les hommes qui le portent. Les personnages deviennent majestueux et douloureusement tendres, un aspect de la masculinité noire que les médias ne dépeignent pas instinctivement. Nous sommes tellement habitués à voir un homme noir portant un durag comme quelqu'un dont il faut se méfier et avoir peur, comme si se couvrir la tête était une preuve de méchanceté plutôt que de virtuosité. 

La chanson et le clip vidéo "Jewelry" de Blood Orange explorent et remettent en question les images négatives associées aux hommes noirs portant des durags. Avec Janet Mock, ils exaltent la négritude comme un bijou en soi. L'autre facette de "Jewelry" est une métaphore de la résistance noire. Blood Orange (dont les locs sont presque toujours enveloppés dans un durag) danse dans une solitude paisible dans un parc, illustrant la douce masculinité noire et la fluidité du genre dans la nature. Pendant ce temps, un ange portant un durag ivoire est suspendu à la fenêtre du côté passager d'une voiture, évoquant les innombrables hommes noirs assassinés par la police dans leur propre véhicule. Ici, le durag joue un rôle sacré, se démarquant nettement des stéréotypes douteux qui ont été construits autour de lui.

Le partage et le contrôle de la narration autour des éléments de la culture noire dans des espaces publics, prestigieux et autrefois privatisés nous permettent de briser les idées fausses qui les sous-tendent et d'humaniser les personnes qui les pratiquent. En fin de compte, nous normalisons ces éléments pour en faire des aspects essentiels de notre culture - et non une condition ou une exception qui peut conduire les gens à nous sous-catégoriser, nous criminaliser et nous aliéner davantage.